RHSF sur le terrain

Expérimenter des solutions pilotes, qui allient innovation et pragmatisme pour agir à la racine du travail indécent : c’est là que réside l’expertise de RHSF.

Car aucune solution clé-en-main n’existe à ce jour face aux risques de travail des enfants et de travail forcé dans les chaînes de sous-traitance. RHSF expérimente donc des solutions pour prévenir les risques avec ses entreprises partenaires et développe des actions de sensibilisation et de formation pour transmettre son expertise auprès du plus grand nombre.

Expérimenter des solutions

Pour prévenir le travail forcé et le travail des enfants et contribuer ainsi à l’Objectif de développement durable (ODD) n°8.7 des Nations Unies, RHSF a lancé le Lab 8.7, son incubateur de solutions opérationnelles.

Avec le soutien d’entreprises engagées et du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, le Lab 8.7 réunit des acteurs pionniers afin d’inventer et de diffuser des solutions nouvelles.

Map

Nous avons montré que c’est possible !

RHSF a vécu une expérience unique d’immersion dans une usine textile chinoise pendant 2 ans. 

Récompensée par deux prix internationaux, notre expérimentation a prouvé qu’une amélioration durable des conditions de travail est possible, sans réduire la productivité et la qualité des produits.

Cinq ans après, le système mis en place dans cette usine lui a permis de mieux faire face à la crise du coronavirus.

Cette expérimentation a permis la conception d’un premier modèle de gestion responsable des ressources humaines, qui sera renforcé et complété par nos projets-pilotes en cours.

Nos expérimentations

Forte de l’expérience des experts RHSF, qui, depuis plus de 15 ans, analysent sur le terrain les risques de travail des enfants et de travail forcé, le Lab 8.7 a défini 3 grandes orientations pour les expérimentations menées jusqu’en 2025 dans les chaînes de sous-traitance de nos entreprises partenaires :

  • Protection des travailleurs tout au long du recrutement, via des filières de recrutement équitable
  • Éducation et compétences d’avenir dans l’agriculture
  • Gestion responsable de la main d’œuvre

Les expérimentations permettront de valider, avec l’appui d’experts académiques et d’organisations internationales, des solutions opérationnelles qui seront diffusées auprès de tous les acteurs concernés.

  • Costa Rica
  • Chine
  • France
  • Malaisie
  • Province de Taïwan
Refuser

Constats

  • Le travail forcé et le travail des enfants sont toujours aussi prégnants dans les pays auxquels sous-traitent les entreprises françaises et européennes.
  • La problématique est systémique : les travailleurs (y compris légaux) et leurs familles, dans le cas de migrations familiales, sont fortement exposés aux risques quand ils sont étrangers et peu qualifiés. 

A l’origine de ces situations : des contrats déconnectés des réalités, des frais de recrutement et divers conduisant à des situations de servitude pour dettes, des contraintes exercées sur les travailleurs, des migrations trop peu protégées…

Comprendre

Défis

  • Faire évoluer le modèle économique du recrutement, qui ne repose actuellement que sur le paiement des frais par le travailleur (de 6 à 30 mois de salaire à Taïwan par exemple, contre 1 à 2 mois dans un système classique de recrutement).
  • Réintégrer le coût réel du recrutement de la main d’œuvre sur l’ensemble de la chaîne, en tenant compte des intérêts légitimes de toutes les parties prenantes et en garantissant que chacun des acteurs puisse vivre décemment de son travail au sens de l’OIT. 

Les initiatives existantes ne permettent pas de répondre à ces défis. Lorsqu’elles réussissent à imposer à l’employeur la prise en charge des frais de recrutement, elles ne remettent pas en question le système en place pour autant. Dans les faits, le travailleur continue de payer des frais, souvent sous d’autres dénominations.

Agir

Notre réponse

Objectif global : prévenir le travail forcé et le travail des enfants dans la chaîne de sous-traitance légale par la mise en œuvre d’un modèle de filière de recrutement équitable au modèle économique rentable et durable pour l’ensemble des parties prenantes tout au long de la chaîne de valeur.

Objectifs spécifiques : 

Dans l’ensemble de la chaîne de recrutement :

  • Établir un système qui respecte le droit international et le droit local s’il est plus favorable, et qui est transparent pour tous.
  • S’assurer que ce système fonctionne sur un coût plus rationnel économiquement (et non 30 mois de salaire) et supporté par les acteurs qui recrutent la main d’œuvre.
  • Garantir la pérennité du nouveau système vertueux mis en place : s’assurer, efficacement et durablement, que les pratiques de recrutement et de gestion des travailleurs sont exemptes de violation des droits fondamentaux.
  • Costa Rica
  • France
Refuser

Constats

  • Des difficultés croissantes à attirer et fidéliser les jeunes dans l’agriculture. En France comme dans la culture du café du Costa Rica, l’agriculture est confrontée à une pénurie de main d’œuvre. Face à cette situation, des agriculteurs doivent recruter des saisonniers étrangers et des jeunes, particulièrement exposés aux risques de travail indécent, voire de travail forcé et de travail des enfants. Ces difficultés de recrutement entraînent également d’autres risques : impact sur le dynamisme de la filière, perte de savoir-faire traditionnels uniques.
  • L’agriculture : un secteur très exposé aux risques de travail abusif des enfants. Dans le monde, l’agriculture est le premier secteur touché par le travail des enfants. Au Costa Rica, le secteur du café est particulièrement touché. En France, si la situation est tout à fait différente, de jeunes saisonniers ou apprentis peuvent être exposés à des travaux dangereux, les plaçant en situation de travail abusif. 

Ces situations de travail indécent éloignent encore davantage les jeunes du secteur agricole. On est face à un cercle vicieux : perte d’attractivité et risques de travail abusif se renforcent mutuellement. 

Comprendre

Défis

  • Développer ou renforcer, en complément des structures existantes, un dispositif éducatif et professionnel qui attire et fidélise les jeunes et les femmes éloignés de l’emploi, en France comme au Costa Rica.
  • Au Costa Rica, préparer les enfants à un avenir et permettre aux enfants et aux familles de sortir du cycle de la pauvreté en soutenant le développement des cultures vivrières – parallèlement aux actions menées sur la rémunération et les filières de recrutement (voir autres expérimentations).
Agir

Notre réponse

Au Costa Rica et en France, dans une démarche de co-construction avec les acteurs locaux :

Objectif global : développer localement, particulièrement pour les jeunes et les femmes, des opportunités d’emploi d’avenir, accessibles et attractives.

Objectifs spécifiques :

  • Analyser les savoir-faire agricoles des filières et identifier les compétences et les métiers d’avenir
  • Permettre aux enfants de découvrir ces compétences et métiers d’avenir, ainsi que des moyens d’autosuffisance
  • Permettre aux jeunes et aux femmes de développer des compétences d’avenir

Pour actionner tous les leviers, les expérimentations « Éducation et compétences d’avenir » sont menées en association avec des expérimentations « Gestion responsable des ressources humaines » et « Filières de recrutement équitable ».

  • Costa Rica
  • Malaisie
  • France
  • Chine
Refuser

Constats

Trop souvent, dans les chaînes de sous-traitance, les employeurs ne perçoivent pas suffisamment les risques de travail indécent auxquels les travailleurs sont exposés. 

En conséquence, 

  • Des travailleurs subissent des atteintes graves, notamment à leur santé, voire se retrouvent en situation de travail forcé, par exemple après avoir payé des intermédiaires pour obtenir leur emploi ;
  • Les pratiques des employeurs encouragent les familles à faire travailler leurs enfants pour gagner le minimum vital (rémunération au poids dans l’agriculture, non-respect des cotisations de sécurité sociale…)
Comprendre

Défis

Au cours des 15 années de son engagement sur le terrain, RHSF a identifié 4 principaux facteurs de risques à l’origine de toutes les situations de travail forcé et de travail des enfants. Situés au cœur de la gestion des ressources humaines, ils portent sur :

  • la chaîne de recrutement, 
  • le système de rémunération, 
  • le dialogue social, 
  • la santé et la sécurité au travail.

Ces éléments sont si étroitement imbriqués que les tentatives de résoudre le problème en les traitant isolément ont échoué. Il faut donc adopter une approche globale et transversale

Dans cet esprit, le Lab 8.7 expérimente une méthode de gestion responsable des ressources humaines globale, adossée à son expérimentation de filières de recrutement équitable (voir autres expérimentations).

Agir

Notre réponse

Objectif global : protéger durablement les travailleurs vulnérables contre le travail des enfants et le travail forcé.

Objectifs spécifiques :

  • Sensibiliser : les employeurs comprennent leurs impacts sur les risques de travail indécent, et les conséquences économiques, sociales et environnementales qui en découlent ;
  • Bâtir les fondamentaux : les employeurs testent et valident une méthode de gestion de la main d’œuvre qui protège les travailleurs et les familles. La méthode s’applique à l’ensemble des processus clés qui impactent la prévention des risques : le recrutement, la rémunération, la santé et la sécurité, le dialogue social qui inclut un système de plainte crédible accessible à tous les travailleurs.

Diffuser l’expertise

RHSF partage sa connaissance du terrain et son expertise avec tous les acteurs (entreprises, syndicats, citoyens, acteurs publics…). 

Car chacun a un rôle à jouer pour que les droits fondamentaux des travailleurs à l’origine de nos biens et services soient respectés. Il est donc nécessaire de sensibiliser, de former et de diffuser des solutions issues du terrain.

Map

Nous avons montré que c’est possible !

 En 2015, RHSF a organisé un concours de dessins sur le travail forcé parrainé par Plantu. Résultats :

  • 300 dessins issus de 45 pays différents,
  • 20 000 personnes sensibilisées –des chefs d’entreprise et des travailleurs aux enfants et aux personnalités politiques les plus influentes (ONU, Sénat, ministres, Vatican…)

Nos actions

Pour assurer une meilleure détection et une meilleure prévention des risques d’abus des droits humains, RHSF forme les auditeurs, les entreprises (acheteurs, professionnels RSE, RH…), les acteurs publics et politiques et les associations de consommateurs. 

Les clés de notre approche :

Une orientation terrain et la mise en œuvre des savoirs au-travers de cas pratiques

Des formations de professionnels testées auprès d’entreprises, d’associations, de représentants d’institutions. 

RHSF prépare un deuxième concours de dessins sur le travail forcé et le travail des enfants. Plus d’informations prochainement.

Action en cours… 

Les consommateurs ont des attentes de plus en plus fortes en matière de responsabilité sociale des entreprises. RHSF a construit des partenariats avec des associations de consommateurs pour travailler sur ce levier. On vous en dit plus prochainement.

Map

Découvrez les derniers développements de nos actions