Qui est victime du travail forcé?

Le travail forcé est un phénomène mondial qui touche l'ensemble des régions, des pays et des secteurs économiques. Cependant, certaines catégories de travailleurs sont plus vulnérables à la contrainte que d'autres.

  • Les femmes et les filles ( 55% des victimes de travail forcé)
  • Les enfants ( 26% des victimes de travail forcé)
  • Les travailleurs migrants et surtout ceux en situation irrégulière
  • Les travailleurs migrants
  • Les travailleurs employés dans des entreprises informelles (notamment ceux qui travaillent à domicile et dans des régions géographiquement isolées)
  • Les travailleurs non qualifiés ou analphabètes qui ne sont pas toujours conscients de leurs droits
  • Les travailleurs souffrant depuis presque toujours de discrimination (les travailleurs indigènes en Amérique Latine...)

Avec la mondialisation et le développement de la sous-traitance, la situation des travailleurs migrants dans la chaîne d'approvisionnement est devenue un sujet de plus en plus préoccupant durant la dernière décennie, tant pour les entreprises que pour le grand public. Les économies émergentes sont en effet devenues de plus en plus attractives pour les travailleurs migrants que les migrations dans les pays industrialisés.

Selon une étude récente, les migrations Sud-Sud représentent un flux de travailleurs non négligeable proportionnellement aux travailleurs quittant leur pays d'origine.

Par exemple, en Inde, les chiffres sont éloquents avec 362 591 Indiens qui ont migrés vers la Jordanie, 139 716 vers la Malaisie, 79 825 vers Oman, 71 421 vers les Emirats Arabes Unis ; et du Bangladesh, 64 764 ont migrés vers la Jordanie, 58 878 vers la Malaisie, 11 968 vers Oman, 24 041 aux Emirats Arabes Unis.