Inclusion dans l'emploi décent des travailleurs étrangers


Les travailleurs étrangers représentent un potentiel considérable pour nos économies et sociétés européennes. Pour autant, plusieurs facteurs entravent leur intégration.

Pour dépasser ensemble ces obstacles, le projet MIraGE favorise l’inclusion des travailleurs étrangers au marché du travail et le recrutement équitable par les trois axes suivants : 

• Diffusion de bonnes pratiques, mobilisation des employeurs

Formation des employeurs et des ressortissants de pays tiers (loi et bonnes pratiques en matière de recrutement, d'inclusion...)

• Campagne d'ampleur pour une meilleure compréhension entre employeurs et travailleurs étrangers. 


Vers un recrutement équitable

Une démarche proactive de vigilance est nécessaire dès le recrutement pour s’assurer que tous les travailleurs, quelle que soit leur origine, voient leurs droits fondamentaux respectés au travail. C’est, en synthèse, ce qu’on appelle le recrutement équitable.

Le projet MiraGe est l’opportunité de :

  • mieux comprendre les défis auxquels les travailleurs étrangers doivent faire face dans leur intégration sur le marché de l’emploi en Europe, ainsi que les enjeux de cette intégration pour les employeurs ;

  • en tirer des solutions pour insuffler les principes du recrutement équitable dans les pratiques des employeurs en France, pour s'assurer que les travailleurs étrangers voient leurs droits fondamentaux au travail respectés.

Être vigilant en tant qu’employeur aux risques d’exploitation par des tiers

A l’insu des entreprises, des tiers, notamment des agences de recrutement, peuvent conduire des travailleurs étrangers à s’endetter en échange d’une offre de travail en France. Les travailleurs sont alors contraints de travailler pour rembourser leurs dettes.

Ainsi, dans certains secteurs en tension (bâtiment, agriculture, nettoyage…) et en particulier sur les postes non ou peu qualifiés, les risques de travail forcé sont en augmentation en Europe. Et ce, plus que partout ailleurs dans le monde, comme l’a révélé le Modern Slavery Index en 2017. Des cas de travail forcé dans l’agriculture, la construction ou les services sont ainsi révélés régulièrement dans la presse française.

Pour se protéger de ces risques, les employeurs doivent connaître la loi relative au recrutement de travailleurs étrangers, et peuvent adopter des procédures et des principes simples, qui concourront à un recrutement équitable.



Quelques bonnes pratiques


Pour un recrutement équitable, centré sur les compétences et prévenant les risques d’exploitation par des tiers :

  • Lorsqu’on recourt à des intermédiaires pour le recrutement : préciser dans les contrats avec ces entités qu’aucun frais de recrutement ne peut être mis à la charge du travailleur, et privilégier les intermédiaires suivants :
    • Acteurs du recrutement déclarés, formés et spécialisés dans l’insertion des personnes éloignées de l’emploi ou ayant mis en place des programmes pour l’intégration des travailleurs étrangers, comme Oxygène Interim (Occitanie), Adecco (voir Guide des bonnes pratiques) ou encore l'association intermédiaire Vivractif (Nouvelle Aquitaine).
    • Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ). Ils repèrent les candidats à potentiel, les forment, les recrutent, les mettent à disposition d’entreprises et assurent un accompagnement tant en matière d’insertion professionnelle que sur le plan social (ex : GEIQ BTP 31, A lundi présenté dans le Guide…).

Pour l’inclusion des travailleurs, leur accompagnement et leur information :

  • S'appuyer sur des organisations spécialisées dans l’accompagnement social, parce que des obstacles sociaux divers (situation administrative, permis, ouverture d’un compte bancaire…) peuvent entraver l’insertion et le travail dans l’entreprise. Le GEIQ BTP 31 a ainsi développé un réseau de partenaires mobilisés en fonction des besoins spécifiques des travailleurs.

  • Diffuser auprès des travailleurs des documents simples et traduits dans leurs langues pour les informer de leurs droits et obligations, et de la personne à contacter en cas de difficulté. S’adresser à RHSF pour un modèle de document (contact@rhsansfrontieres.fr).

  • Créer des moments d’échange et favoriser la compréhension mutuelle au sein des équipes. Big Mamma propose ainsi des journées d’intégration et des expériences de type « Vis ma vie » permettant de mieux comprendre les métiers et le quotidien de ses collègues (voir le Guide des bonnes pratiques).

Agence de recrutement engagée dans le programme HOPE pour les réfugiés.

Voir le Guide des bonnes pratiques.

Groupements d'employeurs pour l'insertion et la qualification.

Voir le Guide des bonnes pratiques.

Entretiens centrés sur les compétences et le travail d'équipe. Expériences "Vis ma vie" et journées d'intégration.

Voir le Guide des bonnes pratiques.

Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification de Haute-Garonne.

Agence spécialisée dans l'intégration et la formation des personnes éloignées de l'emploi en Occitanie. Participe au programme HOPE pour les réfugiés.

Guichet unique sur l’emploi et la création d’activité dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville à Toulouse

Structure d’insertion par l’activité économique (IAE) de Nouvelle Aquitaine, accompagnant les personnes vers un retour à l’emploi ou à la formation.


Ce projet est cofinancé par le Fonds asile migration intégration (FAMI) de l'Union européenne et la Région Occitanie.