SUSY au Sénat

L’Organisation Internationale du Travail et la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) ont organisé le 17 décembre 2015 un colloque au Sénat à la veille de la ratification du protocole additionnel à la convention 29 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) sur le travail forcé. Ce protocole important permettra de renforcer la lutte contre ce fléau mondial qui touche aujourd’hui près de 21 millions de personnes (11,4 millions de femmes et de filles et 9,5 millions d'hommes et de garçons). La France devrait ainsi être le troisième pays, après le Niger et la Norvège, à signer ce protocole. En vue de promouvoir la ratification de ce dernier, l’OIT a lancé une nouvelle campagne mondiale pour mettre fin à l’esclavage moderne « 50 for Freedom » qui a pour but de mobiliser le soutien de l’opinion publique et d’inciter au moins 50 pays à ratifier le Protocole de l’OIT sur le travail forcé d’ici à 2018.

A cet occasion, RHSF a présenté son exposition de dessins itinérante intitulée « Derrière le code-barres ». Elle regroupe le travail de 20 artistes de nationalités différentes sur le thème "des Droits de l’Homme au travail dans la chaine de sous-traitance". Cette exposition fait suite au concours de dessins international, organisé par RHSF et présidé par Plantu, qui a réuni 120 dessinateurs originaires de 47 pays du monde entier. L’exposition a été précédemment plébiscitée à Rome, à l’ONU à New-York, à Paris sur le parvis de l’Hôtel de Ville, à Toulouse, en Turquie…

L'Economie Sociale et Solidaire privilégie le circuit court dans le respect des droits de l'Homme et de l'environnement. Or, un circuit court signifie qu'il y a moins de risques d'abus au travail, le travail forcé, le travail des enfants et les conditions abusives de travail étant plus facilement identifiables. C'est dans cette optique que RHSF a présenté l'ESS et le projet européen SUSY comme un des moyens possibles pour agir contre le travail forcé.