Hui Chen, chef de projet RHSF, et Simon Malbranque, contrôleur de gestion, travaillent et vivent depuis deux ans 24/24 dans une entreprise chinoise de 1000 salariés (Polyunion) pour améliorer les conditions de travail des ouvriers dans le cadre d'une politique de développement durable. 

Cette expérience a été récompensée du prix du meilleur cas de management international AFMI 2015. 
Darren Li, le directeur général de Polyunion, ainsi que Martine Combemale et Hui Chen de RHSF reviennent sur cette expérience novatrice.
Le cas pratique tiré de cette experience est présenté ici

Trois ouvrières du département couture ont également eu l'occasion d'echanger leurs avis autour de ces changements, en répondant à Hui Chen.

temoin chine 1

Hui Chen : Qu'est-ce qui vous motive pour passer les tests professionnels ?

Ouvrier A : Au début, je voulais essayer pour voir si je pouvais le réussir, car je sais que si j’y arrivais, je pourrais avoir une prime de compétence, donc je me suis inscrit au test, et je suis contente d’avoir réussi.
Ouvrier B : J’ai eu peur de passer le test au début, c’est mon mari qui m’a motivé pour passer le test. Il m’a dit que je pourrai réussir avec les compétences que j’ai.

Hui Chen : Pensez-vous gagner plus qu'avant ?

Ouvrier A : Oui, je gagne plus qu’avant, j’ai une prime de compétence.
Ouvrier C : Oui. Au début je ne croyais pas qu’on allait gagner plus qu’avant en réussissant le test, mais maintenant que l’on a reçu le salaire, on le croit.

Hui Chen : Quel est votre ressenti par rapport au nouveau système de rémunération ? Trouvez-vous le système plus juste par rapport à votre performance et à vos expériences ?

Ouvrier A : Je trouve que c’est bien car on gagne plus qu’avant. Nos compétences sont reconnues par la prime qu’on a reçue. Au début j’ai eu peur de ne pas recevoir la prime promise mais en fait on reçoit bien la prime, on se sent plus valorisée et donc c’est plus juste.
Ouvrier B : Oui c’est plus juste. Car on sait que vous allez mesurer la performance de notre travail par la productivité, mais pas par d’autres critères qu’on ne connait pas. Le superviseur ne va pas donner plus de primes aux gens qu’il préfère ou qui viennent de la même ville que lui. Les efforts qu’on a faits durant le travail sont reconnus.
Ouvrier C : Je le trouve bien. Et j’espère que l’entreprise peut continuer le système.

Hui Chen: Conseilleriez-vous à vos amis de venir travailler dans l'entreprise ?

Ouvrier A : Si j’ai des amis qui cherchent du travail et que notre entreprise recrute, je vais leur conseiller de venir ici.
Ouvrier B : Oui je vais leur conseiller de venir ici.
Ouvrier C : Oui bien sûr, j’ai déjà conseillé à ma belle-sœur de venir ici.

temoin chine 3

 

Nous contacter

Siège : 9 rue du Capitaine Escudié, 31000 Toulouse
Bureau : 2 bis place Belfort, 31000 Toulouse
05.31.98.19.54
contact@rhsansfrontieres.fr
Retour en haut